Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rouille ma Poule

Grenade

16 Septembre 2015, 15:37pm

Publié par léyo

Grenade

C'est désormais à trois que nous poursuivons notre quête.

Nous étions sur un petit atoll perdu du cadran 9 alpha Caraïbérium de la ceinture de la Grenade. Les secteur est nommé ici la "Space Island". Va savoir où ils vont chercher leur noms de nos jours.

Nous devions explorer les environs à la recherche d'une turbine à solution d'iode protogrammable de type CX38 22C2B388--5², dite "Tutu" pour les mécanos. Vu le développement des cyber-technologies du cadran Caraïbérium, nous n'avions pas encore les noyaux sortis des ronces.

Nous commençons par fouiller l'aéro-navo-zone de Prickly Bay. C'est un refuge pour des centaines de yatchonautes durant la terrible saison des tempêtes solaires cycloniques. De techno-garages en comptoirs neutroniques, de ship-chandler en hydrôdromes, nous zusons le synthétique de nos fluo-claquettes en vain.

Après 8 parsec de recherches infructueuses, la décision est prise : nous allons nous aventurer dans le conglomérat urbain de Saint Georges béta 24.

Grenade

Dans ce genre de ville, le seul endroit ou faire des affaires est la zone de troc. C'est malheureusement là que Berlu se fait arnaquer par une poly-hydre centenaire qui lui refourgue un stock de cannelle que nous avons encore aujourd'hui du mal à écouler...

Nous n'abandonnons pas. D'antiques navettes de frêt au plasma acceptent de prendre des passagers. Nous grimpons à bord d'un de leurs compartiments peuplé d'une vingtaine de voyageur de tout les biotopes du coin. Les cahots du vieux moteur à plasma nous font gravir des hauteurs vertigineuses jusqu'a notre nouvelle destination : les astéroïdes volcaniques.

Une fois au bord du plus haut cratère, en nous riant du danger - mouahahahahahaha - nous continuons à pied dans la touffeur d'une myco forêt géante.

Un simple tour de reconnaissance. Une fois irrémédiablement perdus, nous prenons conjointement la décision de pleurer et de pousser des cris aigus.

Il nous fallu trois jours d'une héroïque mission sauvetage de nous-même pour nous sortir de là, nous n'avons survécu que grâce à notre hyper entraînement et notre sang froid... maintenant légendaire.


Nous parvenons enfin à Goyave, la colonie de ferrailleurs qui représentait notre ultime chance de débusquer Tutu.

Grenade

La colonie entière était alors en ébullition en ce jour spécial : le "Fish friday".

Un concept étonnant.

Les locaux à la peau noire préparent et vendent du poisson grillé aux néo-colons à la peau blanche et rouge. En dignes aventuriers, et préférant l'ambiance reggaeton + rhum + rhum sur la spatio-plage de Goyave, nous ne retrouverons nos souvenirs et tout nos vêtements que tard dans la mâtiné du lendemain.


Nous mettrons la main sur Tutu une autre fois, notre quête est décidément loin d'être terminée...

Grenade

Pendant ce temps, dans le monde réel...

Grenade
Grenade
Grenade
Grenade

Commenter cet article

sarah 03/10/2015 18:38

Ben que dire ... c'est drôle, et ici il pleut. Moi j'aime bien les lapins compris, même si j'ai pas compris.